Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2016

"Nous respirions théâtre, nous mangions théâtre et nous vivions théâtre", par Morgane

article morgane.jpgL'enfer me ment.
Mal de gorge, mal de tête, mal de ventre, mais surtout mal au cœur que tout ça soit terminé.
Une semaine enfermés tous ensemble au quai des rêves à répéter maintes et maintes fois les même scènes sans jamais se lasser. Ce fut une semaine pleine d'émotions, de rires, de cris, de larmes, de stress, de joie enfin; pour ma part, une semaine de pur bonheur. C'était comme un rêve qui s'est malheureusement achevé ce vendredi 1er Avril après notre troisième représentation de la journée et pas des moindres : devant nos parents, amis, familles et connaissances. Je ne saurais vraiment mettre des mots sur ce que j'ai ressenti durant cette semaine. On ne peut se rendre compte à quel point une semaine de théâtre avec une trentaine d'autres personnes cela crée des liens. Au début, certains exercices de respiration ont pu nous paraître bizarres, mais c'est tous ensemble que petit à petit nous avons pris l'habitude de les faire tous les matins et c'est ainsi qu'une main en attrapant une autre, notre petite "secte" de 1ère L comme nous avons l'habitude de nous appeler s'est formée, plus soudée que jamais. En lisant ceci, vous devez vous dire que certes c'était sans doute une belle expérience mais qu'on ne peut se lier autant d'amitié pour des gens en à peine une semaine; et bien je peux vous assurer qu'il n'y a aucune exagération : vous devez le vivre pour le comprendre. Durant cette semaine, j'ai oublié ce qu'il y avait autour, j'ai profité de chaque instant et je n'ai aucun regret. Honnêtement le dernier jour, nous respirions théâtre, nous mangions théâtre et nous vivions théâtre. Si je devais ne retenir qu'une seule chose de cette expérience, ce serait la rencontre avec Pascal, un prisonnier venu voir notre représentation. Il dégageait quelque chose de fort, on sentait qu'il était reconnaissant de notre travail et je n'oublierai jamais ce moment où il m'a regardé droit dans les yeux et m'a dit :  « Soit vous avez déjà vécu l'enfermement, soit vous êtes de très bons acteurs; dans tous les cas nous n'aurions pas mieux fait ». Je l'ai vu repartir emportant avec lui notre affiche de spectacle : j'ai beau adorer rire et faire rire les autres, là je n'en menais pas large et c'est avec le cœur lourd, les larmes aux yeux et un sentiment de tristesse inexplicable que je suis remontée sur scène le soir. Je remercie Madame Guilloteau (vous passerez le bonjour à Hubert!) et Madame Dabchy ( ne mangez pas tout d'un coup, pensez à votre foie) d'avoir mis en place ce thème sur lequel nous avons travaillé en classe, mais aussi Christophe Duffay dont les nombreux conseils vont me manquer, Zouliha Magri et son énergie débordante, Jean-Yves et Yohann qui ont su mettre en lumière le talent d'acteur de chacun d'entre nous : beau travail, les gars !
Et enfin merci à ma classe de 1ère L d'avoir supporté tout au long de cette semaine mes boutades, je vous aime mes petits kebabs.
Cette expérience théâtrale a été géniale, de l'écriture à l'interprétation : nous en ressortons tous plus grandis et soudés que jamais, mais il faut l'accepter: nous avons bel et bien clôturé ce spectacle sur un dernier « Il avait eu le temps de vivre ». Grâce à vous tous, je me suis rendue compte à quel point la vie est belle.
Nous étions heureux, nous étions ensemble and it's not the last goodbye, I swear.

Écrire un commentaire