Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/10/2018

A la découverte du quai des rêves, par Camille

on n'est pas sérieux quand on a dix sept ans,théâtre en résidence,quai des rêves,théâtre du totem,première l,lycée henri avrilCe jeudi 18 octobre 2018, nous, élèves de 1ère L du lycée Henri Avril, sommes allés visiter le Quai des rêves, dans le cadre de notre projet théâtre. Lors de cette visite, nous avons été guidés par Dominique Morice, administratrice au Quai des rêves. Elle a su nous faire découvrir avec passion les locaux ainsi que le matériel lié aux arts du spectacle, et nous raconter l'histoire de ce lieu très important pour la commune. En effet, depuis son ouverture en mars 2003, le Quai des rêves est devenu un outil de développement culturel pour la ville de Lamballe. Le bâtiment est partagé avec l'école intercommunale de musique et de danse. Ce partage contribue à mettre en valeur l'idée de « maison commune » que reflète fort bien l’esprit du Quai des rêves, qui accueille à la fois des artistes professionnels, mais aussi des artistes amateurs, d'ici ou d'ailleurs : « Le but dans une composition de saison, c'est de pouvoir aborder un maximum de disciplines du spectacle, explique Dominique. C'est pour cela que l'on va trouver du théâtre, dans des mises en scène classiques, mais aussi dans des mises en scène contemporaines. On va trouver de la danse, du cirque, mais aussi de la musique, de la chanson... On joue sur la polyvalence. Dans tout ce qui est proposé, il y a des spectacles qui vont être à destination du grand public, mais aussi d'autres destinés à un public plus particulier, par exemple aux très jeunes enfants dès 18 mois. C'est quelque chose qui nous tient à cœur : pouvoir toucher l'ensemble des publics. Il nous est arrivés aussi d'accueillir des comédiens professionnels handicapés, on aborde alors encore une autre sorte de relation avec les spectateurs.» L’éducation artistique et culturelle est un axe important au Quai des rêves. La Ville de Lamballe s’implique fortement dans le financement de nombreux projets pour offrir des tarifs très réduits aux élèves des établissements lamballais. Le Quai des rêves organise aussi d’autres actions avec les établissements scolaires, notamment des résidences avec des compagnies ou des établissements scolaires.

Dans le cadre de notre projet théâtre, nous allons ainsi effectuer une semaine de résidence au Quai des rêves, avec Christophe Duffay et Zouliha Magri, comédiens et metteurs en scène du théâtre du Totem de Saint-Brieuc. Afin de nous préparer pour cette semaine de résidence, Dominique nous a fait visiter les loges et nous a parlé des méthodes de rangement des costumes, de l’organisation des lieux, des conditions d’accueil des artistes. Nous avons appris par exemple ce qu’était le catering : « Il s'agit d'un en-cas que l'on fournit aux artistes pour qu'ils puissent manger quelque chose avant de monter sur scène [...].Ensuite, nous avons visité la salle de stockage des décors et du matériel qui se trouve à l’arrière du plateau et ouvre directement sur le parking. Nous avons découvert différents types de projecteurs, ainsi que du matériel comme des gélatines ou des gobos, qui permettent de créer des effets spécifiques de lumières et couleurs.

Enfin, nous avons pénétré sur le plateau. Dominique nous a alors donné quelques mots du vocabulaire spécifique lié au théâtre : « Vous entendrez rarement Christophe et Zouliha vous dire de monter sur la scène, ils utiliseront plutôt le terme ''plateau'' [...]. Côté cour, c’est à gauche en regardant le public ; moyen mnémotechnique pour s’en souvenir : notre cœur est à gauche ; côté jardin, c’est à droite en regardant le public […]. Face, c'est le devant du plateau, la partie la plus proche du public, opposé au lointain qui est matérialisé par le mur du fond ; le lointain est l'endroit le plus éloigné de la scène […]. Les pendrillons sont les petits rideaux placés sur les côtés de la scène, qui délimitent les coulisses. Ils servent à dissimuler les comédiens qui ne sont pas encore entrés en scène ». Pour terminer la visite, nous avons observé un plan d'éclairage qui était à ce moment-là installé sur le plateau. Puis nous avons fait un petit exercice de mise en voix afin de prendre conscience du volume nécessaire pour atteindre les dernières rangées du public. Nous avons fini par un exercice d'entrée sur scène depuis les coulisses et d'occupation de l'espace. Jean-Yves, à la régie lumière, créait différentes ambiances sur le plateau en utilisant des lumières de plusieurs couleurs ; il nous a aussi montré à quoi ressemblerait la salle une fois plongée dans le noir. C'était à la fois excitant et effrayant de se dire que ces 400 fauteuils vides en face de nous seraient occupés le 22 mars...

Écrire un commentaire